Comment bien différencier le trafic direct du trafic organique de son site Internet ?

Comment bien différencier le trafic direct du trafic organique de son site Internet ?

Comment bien différencier le trafic direct du trafic organique de son site Internet ?

Bien trop souvent, les trafics direct et organique font l’objet d’interprétations sommaires qui tendent à fausser l’analyse de l’audience d’un site Internet. Une idée massivement répandue consiste à réduire le trafic naturel aux internautes issus des pages de résultats d’un moteur de recherche, tandis que le trafic direct regroupe les visiteurs qui consultent directement le site après avoir renseigné manuellement l’url dans leur navigateur ou cliqué sur un lien rajouté dans leurs favoris. Ces interprétations réductrices sont un frein pour réellement identifier et mesurer la performance des différentes sources qui composent les trafics organique et direct. Génération Internet, agence web à Nantes, vous guide pour bien différencier le trafic direct du trafic organique de votre site Internet

Avant tout, il est essentiel de bien assimiler les notions qui se cachent derrière les principales sources d’acquisition de trafic pour un site internet et la façon dont l’audience est segmentée par canaux. La plupart des outils d’analyse d’audience d’un site, dont la plateforme de référence Google Analytics, utilisent des algorithmes pour collecter et traiter les données sur les campagnes et les sources de trafic. À cela s’ajoutent d’autres composantes parmi lesquelles l’url qui peut spécifier la source du trafic.

Voici les principales sources d’acquisition de trafic d’un site Internet :

+ Trafic organique : Internautes issus des pages de résultats d’un moteur de recherche (non payant),
+ Trafic referral : Visiteurs renvoyés par des liens figurant sur d’autres sites,
+ Trafic social : Audience issue de liens figurant dans des posts publiés sur les réseaux sociaux,
+ Trafic payant : Internautes en provenance de campagnes d’achat de mots clés ou Display paramétrées depuis Google Adwords ou depuis une autre régie publicitaire,
+ Trafic direct : Tout le trafic pour lequel ni la source ni le support n’ont été renseignés.
+ Email : ce trafic est identifiable dès l’instant où la source et le support ont été correctement tagués sur les liens qui figurent sur un mailing,
+ Autre : Cette catégorie regroupe le trafic qui n’a pas pu être classé parmi les sources de trafic paramétré par défaut sur l’outil d’analyse

Penchons-nous désormais sur les deux sources de trafic les plus importantes : direct et organique.

Le trafic direct se définit souvent comme les visites non rattachées à un site référent. Pour rappel, un site référent est un site qui fournit, via des backlinks, des visiteurs au site dont on analyse l’audience. D’une façon générale, le trafic direct regroupe les sessions des internautes qui ont renseigné l’url depuis la barre de recherche du navigateur et ceux qui atterrissent sur le site après avoir cliqué sur un favori. Pour autant, la réalité est plus complexe car le volume de clics issus du trafic direct tend à augmenter pour une majorité de sites, notamment ceux qui enregistrent une forte hausse de leur trafic organique.
A ce titre, l’expérience menée par Groupon en 2014 est particulièrement révélatrice. Afin d’évaluer l’impact du trafic direct sur l’audience globale, Groupon avait décidé de désindexer son site pendant 6 heures. Résultat : ce site en a conclu que 60 % de son trafic direct était en fait d’origine organique car la désindexation du site a non seulement entraîné une baisse du trafic organique mais aussi une diminution du trafic direct.

Pour comprendre l’évolution du trafic direct, il faut se pencher sur différents leviers qui sont susceptibles de booster artificiellement le volume de clics issus de cette source.

+ Les sessions des employés tendent à fausser les statistiques sur l’audience de votre site. D’une manière générale, il convient de filtrer l’adresse IP de votre entreprise pour obtenir des statistiques plus cohérentes,
+ Mettez-vous à disposition de votre clientèle un espace dédié sur votre site internet ? Ces sessions sont également comptabilisées dans le trafic direct. Ici, l’idéal est de paramétrer des filtres pour exclure ce trafic de votre audience globale,
+ Les campagnes de mailing peuvent booster indirectement votre trafic direct. En effet, certains services de messageries web, comme Thunderbird ou Outlook, ne transmettent pas les informations sur le site référent, classant de facto l’audience issue des mailings dans le trafic direct,
+ Suivant le terminal et le navigateur utilisés par l’internaute, les outils d’analyse d’audience d’un site peuvent quelquefois avoir des difficultés pour bien identifier la source du trafic. Ainsi, plus un site est consulté par des mobinautes, plus son trafic direct est susceptible d’augmenter.
+ Les clics issus d’applications mobiles ou pour les ordinateurs peuvent également être comptabilisés comme du trafic direct.
+ Si votre site est en https et que vous vous bénéficiez de plusieurs backlinks provenant de domaines qui utilisent toujours le protocole HTTP, le trafic issu de ces liens entrants ne pourra pas être identifié en tant que trafic referral mais bien comme du trafic direct.

Selon nombre de spécialistes de l’analyse web, environ 20 % de l’audience globale d’un site sont issus du trafic direct.

Le trafic organique, qui comptabilise les visites originaires des pages de résultats de recherche, ne prend pas en compte le trafic payant. Pour autant, l’impact du trafic payant sur le trafic naturel est bien réel. En effet, l’affichage de bannières display, la diffusion d’annonces textuelles sur le SERPs de Google peuvent susciter l’intérêt des internautes qui consulteront votre site après avoir fait une recherche. Par ailleurs, les multiples modifications des algorithmes des moteurs de recherche ont impacté le trafic naturel d’un grand nombre de sites. Pour compenser, le trafic payant a souvent été privilégié pour maintenir le volume global de clics .

Au final, les trafics organique et direct ont quelques zones grises. Pour autant, l’analyse statistique de l’audience est indispensable pour évaluer les performances de son site, mesurer le ROI et déceler des opportunités pour dynamiser son activité en ligne.

Plus d'actualités

À lire également

SEO : 7 conseils pour obtenir de
Comment se protéger du Negative
Comment bien utiliser Google Ana

Ils nous font confiance